Belisair Press » Music from the web #3 : Robin Foster

Music from the web #3 : Robin Foster

On 17 juillet 2016 by Zoé Lancieaux

Robin-Foster-by-Christian-Geisselmann-5

Robin Foster

Sa page Facebook

 

Fiche technique :

Début d’activité : 2006 (carrière solo)

Genre : Post-Rock, Ambient, Musique de film

Album/Ep : Life Is Elsewhere (2008) ; Where do we go from here ? (2011) ; PenInsular

Ecouter : https://www.youtube.com/user/robinfostervideos

Le rock, depuis quelques années, est mêlé à d’autres styles de musique, ce qui fait son renouveau. Les étiquettes sont souvent floues pour qualifier les genres musicaux dont on parle, c’est pourtant le moyen jugé le plus facile de s’y retrouver.

Il m’est toujours difficile d’attribuer un genre aux artistes dont je parle, avec des amis, le disquaire ou même dans cette chronique.

L’artiste dont je vais vous parler aujourd’hui possède son propre style, au croisement de la new wave du rock et des musiques de films. Robin Foster est un compositeur et guitariste anglais installé en Bretagne dans les années 90, et qui connait une forte popularité en France depuis cette pèriode. Inspiré par de nombreuses bandes originales et par la musique d’Ennio Morricone, pour ne citer que lui, le multinstrumentiste, ancien membre du groupe « Beth » débute sa carrière solo en 2006. On retrouve, bien sûr, ses compositions dans les vidéos de marques comme Hugo Boss, Le Coq Sportif ou encore, plus récemment, Cartier mais aussi au générique de quelques séries : Les frères Scott, Rock & Roll Hall of fame ou esprits criminels. Il a aussi composé la bande originale du troisième film de Sean Ellis : Metro Manila.

Mais avant cela, Robin Foster sort en 2008, son premier album « Life Is Elsewhere » très bien accueilli par la critique. Puis s’ensuit « Where do we go from here » en 2011. Sur cet album, Robin Foster est accompagné de son très talentueux ami chanteur Dave Pen, membre du groupe BirdPen et actif au sein du collectif Archiv.
En 2014, c’est l’album « PenInsular », projet beaucoup plus personnel, qui sort. C’est à cet album que je vais m’intéresser ici. En effet, cet album a été financé par le public grandissant de Foster à l’aide du principe du « crowfunding » né sur internet. Cet album conçu à Camaret et entièrement dédié à la presqu’île où le compositeur réside. Un projet 100% local, financé par les fans, les commerces locaux, etc. L’album entièrement instrumental est décrit par Robin Foster comme « carte postale du bord du monde ». L’oeuvre s’ouvre sur le morceau « Pen had », crescendo ou les guitares sont bien sûr importantes, mais où les nappes de synthés envoûtantes nous emmènent dans ce coin de la Bretagne si merveilleux. Les riff de basse sûr « Finis terrae » et « Sheriff of Lagatjar » nous entrainent tandis que « Peninsular » fait écho à « Pen Had ». Une œuvre très cinématographique, idéale pour écrire, travailler ou simplement s’inspirer. Cet album est touchant par sa simplicité singulière.
Après la sortie de PenInsular, Robin Foster retrouve Dave Pen (dont nous avons parlé tout à l’heure) pour former We Are Bodies. Ils sortent un album éponyme en mars 2015, entièrement composé de chansons toutes suceptibles de faire des tubes. Il confie le mixage à Jim Spencer (New Order, Oasis, Jonnhy Marr). Les guitares légères et la composition talentueuse de Robin Foster, aliées à la voix originale de Dave Pen forme un duo très prometteur.

Une découverte que je voulais donc partager dans « Music from the web ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *